8. Comment faire grossir les têtes: floraison explosive

Publié le 27/03/2014

Nous avons maintenant nos plantes en pleine floraison. Trois semaines après le commencement du cycle de 12 heures, les plantes ont atteint leurs mesures maximales (on a déjà dit dans la section précédante que la première partie de la floraison est aussi une phase de croissance, et de croissance vraiment explosive). Les plantes arrêtent maintenant de pousser et d´étirer leurs branches et concentrent toute leur énergie dans la tâche de faire grossir leurs fleurs. C´est le moment où elles ont le plus besoin de notre aide: vraiment, la floraison est le moment marquant pour les engrais et les additifs, car les plantes vont vraiment remercier cet apport extra qui les permettra de rediriger leurs excès de sucre à la nutrition des fleurs et donc à une récolte plus abondante.

Pendant cette phase, les plantes ont besoin d´engrais spéciaux de floraison, qui contiennent des doses augmentées de phosphore et de potassium, les deux éléments cruciaux pendant la floraison, car ils sont les “matériaux de construction” avec lesquels la plante va former ses têtes. En outre, toutes les grandes marques d´additifs incorporent entre ses produits le PK 13-14, du phosphore et du potassium pour un apport extra de ces deux éléments. El PK 13-14 peut être incorporé á l´eau d´arrosage depuis le début de la floraison, au début en doses très petites (0,25 ml. par litre), pour augmenter le dosage progressivement (0,75 ml. par litre pendant la troisième semaine et ainsi de suite). On peut aussi attendre la quatrième semaine, quand les fleurs se développent vraiment, et apporter directement une dose autour de 1,5 ml. par litre. En tout cas, les marques d´engrais indiquent dans leurs récipients les dosages optimales.

Évidemment, le principe selon lequel il vaut mieux trop peu que dépasser la mesure reste pleinement valide en floraison, tout simplement parce qu´il est plus facile de résoudre un problème de carence qu´un problème de surfertilisation. Il faut faire attention, parce que les besoins des plantes changent le long de la floraison, donc il faut bien adapter les doses. Pas toutes les variétés de cannabis fleurissent de la même façon, et il en est de même pour les exemplaires d´une même variété. Quelques plantes développent très rapidement leurs têtes pendant les premières trois-quatre semaines, tandis qu´il y a d´autres qui fleurissent explosivement un peu plus tard. Si nous n´apportons pas tous les noutriments nécessaires, ce qui se détecte facilement par les taches jaunes des feuilles, une solution rapide et pratique consiste à nourrir la plante à travers les feuilles, par pulvérisation. On prépare la solution nutritive comme toujours, mais au lieu de la suministrer avec l´eau d´arrosage, nous la pulvérisons sur la plante. Ceci favorise une absorption “de choc”, plus rapide, qui en outre ne fait pas varier le pH du substrat, mais il ne faut pas faire ça systématiquement, seulement comme une mesure d´émergence. Un grand avantage de ce système est ce qu´il nous permet de vérifier rapidement si nous avons bien diagnostiqué le problème de la carence, car les feuilles réagissent très vite à cette forme d´alimentation. S´il manquait un noutriment spécifique, les plantes devraient être de nouveau vertes le lendemain après la pulvérisation. En floraison, il est très important d´avoir à la main des noutriments individuels, comme du nitrogène, du phosphore ou du calcium, pour éliminer les carences sans danger de surfertiliser la plante avec les autres composants d´un engrais.

Il y a des cultivateurs qui interrompent complètement l´alimentation pendant les dernières deux semaines ou deux semaines et demie. En floraison, quelques plantes accumulent les noutriments pendant longtemps et c´est pour ça qu´elles n´en ont plus besoin. On peut leur apporter, bien sûr, des stimulateurs de floraison qui ne contiennent pas des noutriments. Au cas où vous cultivez en hydroponie, on peut arrêter d´alimenter les plantes seulement cinq jours avant la récolte, parce qu´avec ces systèmes-là les plantes éprouvent très vite les effets de la privation de noutriments. Si pendant cette dernière étape les feuilles commencent à devenir jaunes par manque de nutrition, ne vous tracassez pas: dans ce cas, c´est quelque chose de positif, parce que les plantes utilisent leurs dernières réserves d´aliments, en les envoyant vers les têtes; si elles assimilent toutes les réserves accumulées de noutriments, ceci aura un effet favorable dans la saveur de l´herbe.

CONTRÔLE DU CLIMAT EN FLORAISON

Outre la nutrition, pendant la floraison il est important de renforcer notre attention vers le contrôle du climat. Une bonne ventilation est aussi importante qu´un apport extra de noutriments. Pour former des têtes grosses, les plantes ont besoin d´un apport renforcé de CO2 pendant les heures de lumière et il est très important que l´air circule et se renouvelle. Les placards et les chambres de culture peuvent avoir des ouvertures dans sa partie inférieure, qui laissent entrer de l´aire chargé de CO2, et cet air est retiré ultérieurement par un extracteur placé dans la partie supérieure, une fois que le CO2 a été absorbé par les plantes. On peut aussi utiliser des intracteurs pour introduir de l´air riche en CO2 (en outre, nous suggérons la possibilité d´utiliser des tablettes de CO2, qui ont mérité une grande réputation comme système très effectif et économique d´obtenir des floraisons vraiment explosives). L´utilisation de ventilateurs est très recommandable en floraison: les plantes bénéficient de la circulation de l´air par l´espace de culture et les ventilateurs nous aident à éviter une augmentation excessive de la température. En été, époque de floraison, les plantes peuvent supporter les hautes températures sans problème, mais la température des placards ne doit pas dépasser celle de l´extérieur.

Outre l´air et la température, nous devons faire attention bien sûr à l´humidité. Si pendant la phase de croissance nous avons dit que l´humidité haute est très positive pour le développement de la plante, pendant la floraison nous devons augmenter les précautions, car les têtes sont comme un aimant pour les champignons et toutes sortes de plagues. Répétons: si pendant la croissance une humidité autour du 80 pour cent est très favorable pour les plantes, pendant la floraison nous ne devons pas dépasser le 50 pour cent. Pour la contrôler, il faut utiliser un thermo-hygromètre. Pour la réduire, nous pouvons ajouter des ventilateurs, augmenter la puissance de ceux qui sont déjà installés ou bien utiliser des deshumidificateurs. Pour ce qui est des plagues, il faut considérer la possibilité de pulvériser les têtes avec des plaguicides, comme prévention. Normalement, la phase critique de la floraison se situe entre la troisième et la cinquième semaine, quand les têtes expérimentent sa principale “poussée”, et c´est le moment le plus dangereux par rapport aux plagues. Jusqu´à la troisième semaine, on peut administrer un plaguicide sans problème, mais pendant la cinquième semaine, ça peut étre problematique.

Bon, si on a fait tout comme il faut, il ne nous reste déjà beacoup à faire: seulement contempler comment les petites têtes croissent ensemble et forment des grosses têtes, denses et compactes, qui se couvrent lentement de gouttes de brillante résine chargée de THC. Quelques marques d´engrais ont développé des stimulants pour les dernières semaines de la floraison, à fin de donner aux plantes une dernière impulsión pour la croissance ou un apport extra de sucre. Nous voudrions vous animer à développer votre esprit scientifique et essayer des trucs nouveux, car c´est la seule manière d´avancer: un bon cultivateur ne devrait pas rester fixé pour toujours sur des formules connues, sans laisser un marge pour l´experimentation et l´amélioration des cultures. La floraison est probablement le meilleur moment.

COMMENTAIRES

Aucun commentaire pour le moment.

Ajouter un commentaire